Ad Blocking – La tendance qui bouleverse les codes de la publicité numérique

De plus en plus de Français adoptent les Ad Blocks, ces logiciels bloqueurs de publicité, afin de pouvoir naviguer sur internet sans être interrompus. Selon une étude Ipsos Connect pour l’Internet Advertising Bureau (IAB), 1 français sur 3 utilise actuellement un bloqueur de publicités dont la majorité est représenté par les 16-24 ans, ce qui démontre une hausse de 20% en 1 an. Ce type de logiciel protège les internautes de la publicité intrusive lorsqu’ils surfent sur le net. Mais ce phénomène ne touche pas que les jeunes. En effet, les tranches d’âges supérieurs, moins nombreux dans l’utilisation d’Internet, sont eux aussi passés experts dans l’art du blocage de publicité numérique car ils se disent inquiets et dérangés par la possibilité des sites d’utiliser leurs données personnelles. On note ainsi que 70 % des ordinateurs portables sont équipés avec un bloqueur contre 13% pour les smartphones. Cependant, certains internautes équipés font le choix de simplement désactiver leur bloqueur. 84 % le font par contrainte pour avoir accès à certains contenus et 28 % par « solidarité » pour les sites dont la politique publicitaire reste raisonnable ou mieux ciblée à leur attente.

 

 Petit tour d’horizon : Aux Etats-Unis, les Ad Blocks constituent un réel problème pour les annonceurs en ligne. En effet, en 2016, 69,8 millions d’Américains utilisaient un logiciel de blocage de publicité, chiffre qui augmentera de presque 17 millions, c’est 34,4% de plus que l’an dernier. Quant à l’Allemagne, on observe une légère baisse de l‘utilisation d’Ad Blockers. Cependant, PageFair suggère que le marché allemand détient un taux élevé de logiciels de blocage de publicités. Le site a en effet rapporté que 27% des internautes allemands en utilisent, bien plus que les américains, les anglais ou encore les français. Bundesverband Digitale Wirtschaft (BVDW) et Online-Vermarkterkreis (OVK) ne qualifient pas ce problème de grave. Cependant, les éditeurs doivent rester en alerte sur l’évolution de ce phénomène sur smartphones même s’il est moins commun que sur les ordinateurs. Seul 15% des internautes allemands bloquent les annonces publicitaires sur leur mobile. Les Ad Blockers deviennent également très populaires sur les marchés émergents dont 36% des internautes chinois, indiens, indonésiens et même pakistanais rejettent la publicité en raison d’entreprises qui commercialisent leur propre navigateur doté de bloqueurs.

 

Le fait que ces annonces publicitaires soient en grande majorité adaptées principalement sur ordinateur ennuie particulièrement les internautes car, aujourd’hui, ils passent aujourd’hui davantage de temps sur Internet grâce à leur mobile. De plus, l’étude met en évidence que cette protection vise la nature de publicité jugée répétitive et encombrante. Ils veulent de l’originalité et de la qualité avant tout. L’écosystème publicitaire entier pâtit de cette tendance récente – liée à l’avènement du numérique car beaucoup de professionnels du marketing, d’agences et d’autres annonceurs dépendent de ces revenus. Des géants comme Google, Facebook, Unilever ou encore P&G forment, avec des associations professionnelles internationales, la Coalition for Better Ads (Coalition pour de meilleures publicités). Ainsi, ils tentent de lutter contre ce phénomène en promouvant de nouveaux formats adaptés et des annonces moins intrusives afin d’améliorer l’expérience des consommateurs.

 

Laissez un commentaire :